« Le jour des corneilles » de Jean-François Beauchemin, 17/20

Enfin un livre qui m'éclabousse. 17/20 ça fait combien en étoiles ? Le résumé annonce la couleur : "Au cœur de la forêt, à l’écart du reste des hommes, un père et son jeune fils mènent une existence sauvage, dure et désolée, semblable à celles des bêtes qu’ils côtoient. Un jour, l’inévitable collision entre cette … Lire la suite de « Le jour des corneilles » de Jean-François Beauchemin, 17/20

« Au régal des vermines » de Marc-Edouard Nabe, 16/20.

La franchise Je peux penser ce que je veux mais pour vivre tranquille, c'est mieux que personne n'en apprenne rien, pourrait se dire l'individu raisonnable. La franchise n'est pas une qualité en matière de communication quand elle n'a pas quelques limites et qu'elle éclabousse sans discernement. Marc-Edouard Nabe n'a visiblement pas suivi des stages d'analyse … Lire la suite de « Au régal des vermines » de Marc-Edouard Nabe, 16/20.

« L’insoutenable légèreté de l’être » de Milan Kundera, 14/20

"Qui cherche l'infini n'a qu'à fermer les yeux." Ajouter une millième critique de ce livre incontournable n'aurait aucun intérêt. Pas le choix, il est nécessaire de prendre la tangente, d'attaquer en biais par la face nord. Je souffrirais de ne pas être léger. Dès lors que nous avons un public, plus rien de ce que … Lire la suite de « L’insoutenable légèreté de l’être » de Milan Kundera, 14/20