– Ça fait vraiment du bien de chier un coup ! Vous croyez en Dieu ? il faut pas se demander si on croit en Dieu mais si Dieu croit en nous.

téléchargement

– J’avais un ami qui s’appelait Gonvalski, on était déportés ensemble en Sibérie, quand on va en Sibérie dans les camps de travail, on voyage dans le train à bestiaux qui traverse la steppe glacée pendant 2 journées entières sans croiser personne, on se tient chaud ensemble mais le problème c’est qu’il faut se soulager, faut chier, c’est pas possible dans le wagon, le seul moment où l’on s’arrêtait c’était pour mettre de l’eau dans la locomotive mais Gonvalski était très prude même quand nous devions nous laver ensemble il était très gêné. Et moi je me moquais souvent de lui à cause de ça.
Donc le train s’arrête et tout le monde en profite pour aller chier en dehors du wagon et moi j’ai tellement embêté Gonvalski avec ça, il préférait aller un peu plus loin. Donc le train repart et tout le monde saute dedans car le train il n’attend pas.
Le problème c’est que Gonvalski s’était éloigné derrière un buisson il n’avait pas fini de chier, donc je le vois il sort de derrière un buisson en tenant son pantalon dans sa main pour ne pas qu’il tombe, il essayait d’attraper le train. Je lui tends la main mais chaque fois quand il me tend la sienne il lâche son pantalon qui tombe sur ses chevilles. Il remonte son pantalon, il reprend sa course. Et chaque fois son pantalon il tombe quand il me tend la main.

– Et alors après qu’est-ce qui s’est passé ?

– Rien, Gonvalski est mort de froid.

lahaine-696x378

– Mesdames, messieurs, je sors de l’hôpital j’ai pas mangé depuis 2 jours j’ai un enfant à nourrir, ayez la gentillesse de me donner une ou deux pièces… – Vas-y qu’est ce qu’tu veux là, moi aussi mon père il est en prison, ma mère elle est en prison, ma sœur elle est en prison. Vas-y fais comme tout le monde travaille wesh. Mais qu’est ce qu’ils ont tous aujourd’hui c’est le carnaval là ou quoi ?!

C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien… Jusqu’ici tout va bien… Jusqu’ici tout va bien. » Mais l’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage.

Ta mère elle suce des schtroumpfs.

images

À trois on s’arrache… TROIS !!

Tout qu’est ce que j’sais, c’est que je cours pas plus vite que les balles…

2 commentaires sur « Citations du film La Haine »

  1. Voilà un film que j’ai beaucoup aimé comme bon nombre des films que Blier a réalisés et qui tire à vue sur certains faits de société gênants. Ses dialogues sont crus, parfois saignants et vachards mais souvent très vrais et remplis d’un certain bon sens populaire.
    De tous ces dialogues, celui sur Gowalski m plait par son côté méchant et absurde, celle du gars qui annonce qu’on s’attache à 3 est bidonnante tout comme la réflexion sur la course avec les balles.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s