Vous vous demandez peut-être d’où sort cet énergumène de Nowowak ? Oui l’auteur de la page et du blog  » Pas Plus Haut que le Bord « . Eh bien des Hauts de Seine ! Plus exactement du 935, 43 rue de Normandie, Cité de la Plaine au Petit Clamart.


J’y ai passé les 25 premières années de ma vie. Zavez vu ? J’ai tout fléché même ma chambre au premier étage. J’ai joué 168 935 parties de foot juste en face de mon P2. J’allais à l’école du Pavé Blanc située à côté du marché, à 100m. Aujourd’hui la cité a changé, les habitants aussi. Plus rien à voir avec l’ambiance franchouillarde des briques rouges des années 60-70.
O tempora, o mores.

P2

Sur cette carte postale des années 60, mon bâtiment est au premier plan, le flamboyant P2. J’ai encore fléché mon balcon et l’entrée (sans interphone à l’époque). C’était interdit de marcher sur les pelouses, le gardien était très sévère, un vrai cerbère. A droite du bac à sable on jouait au foot entre les arbres sur les cailloux.

Les peupliers n’étaient pas encore bien grands et à droite en sortant il y avait un pommier sauvage. Pas beaucoup de chats et chiens. Des familles nombreuses, telles les Blanchon au quatrième étage ou des personnes âgées telles les Monin en dessous.


A gauche, j’allais au marché du Pavé Blanc (photo ci-dessous) où à l’école. Direction aussi pour aller au Tapis Vert ou prendre le bus 136 direction Porte de Saint Cloud ou Meudon. A droite, j’allais au centre commercial (disparu aujourd’hui, un article bientôt) ou vers mon collège des Petits Ponts.


Je pouvais aussi prendre le bus (le 190) pour le terminus de Mairie d’Issy (photo récente ci-dessous après réfection vers 1995-2000).

9673517

Voilà c’est tout pour aujourd’hui, à suivre.

 

13 commentaires sur « La cité de la plaine »

  1. C’est tout et c’est déjà beaucoup, trop? Je reviendrai voir ces photos sur un écran d’ordinateur car cela m’intéresse…
    C’est émouvant un coming-out,
    Tu es en réa?💖🤗😱🤗🤪😱💖

    J'aime

  2. Incroyable à quel point le paysage et l’atmosphère des cités ont changé. Ça donne envie de plonger dans ses photos pour y passer lon dimanche. Un voyage dans le temps pour prendre la main de ce petit Bruno aux cheveux bruns ténèbres. 🤗

    Aimé par 2 personnes

  3. Ben cette un En-Vie qui fait bien plaisir….. et qui suscite des En-Vies, de faire la même, sinon que j’ai un peu moins de photos, quoi que!
    Ces cités sont magnifiques vues d’aujourd’hui et dans leur jus grâce à ces photos d’époque et leur tons très pastellisés…., c’est vraiment touchant.
    J’ai connu des cités de ce style, dans lesquelles je n’ai jamais vécu, mais une de mes soeurs aînée, émancipée et jeune mère de famille a vécu en cité à La Ciotat hait lieu de main d’oeuvre industrielle et cela ressemblait bien à cela, la brique en moins. Lorsque j’y allais, moi un jeune enfant de la campagne et de la Pleine Nature c’était carrément l’expérience: les escaliers, le système des portes-sas, les aires de jeux, les bacs à sable !!!!!. Oui, on imagine bien avec la végétation aujourd’hui, les immenses espaces dédiés aux bagnoles, tram, etc.

    Un beau voyage que je viens de compléter avec un tour du quartier en Google Maps, l’école a disparu, je suppose (un gymnase/tennis à la place…?)
    Les apparts/chambres sembles exigus, mais ion ne voit qu’un morceau de chambre….
    Pour le foot, des médailles…?

    Aimé par 2 personnes

  4. Fort bel article plein de nostalgie mais une nostalgie chargée de joyeux et bons souvenirs. Quand on lit ce que tu racontes et qu’on regarde attentivement les photos, on constate que, bien qu’ayant habité en banlieue, cette banlieue qu’on appelait «banlieue rouge», tu y as passé une jeunesse heureuse. Lorsque qu’on voit où se situait ta chambre, on peut s’imaginer que pour sortir en douce le soir, ne devait pas être trop difficile si on était agile et souple ou un peu casse-cou.
    Tu nous décris un gardien qui était un cerbère ? C’est l’époque ou le ou la concierge veillait sur l’immeuble, des personnes de caractère devant lesquelles il fallait filer droit.
    Tu as tapé dans la baballe à de très nombreuses reprises mais, quand je vois l’immense terrain pour la pétanque, je suis étonné que tu ne te sois pas adonné à ce loisir plus souvent. Lorsque j’aperçois le Nowowak en pull vert bouteille avec des cheveux de hippie, je ne peux que constater qu’il était beau gosse. Entre nous, les filles devaient tomber comme des mouches devant cette gueule d’amour. Je me trompe ?
    Tu nous écris, avec semble-t-il quelques regrets, que les habitants ont bien changé. Je suppose que celle-ci doit être plutôt hétéroclite actuellement et très loin de la population franchouillarde très jambon-beurre et discussions interminables au café du coin.
    Mine de rien, j’attends avec impatience la suite pour voir ce que va nous offrir cette machine à remonter le temps.

    J'aime

  5. Merci pour ce voyage dans le temps 🙂
    Le titre m’a d’abord fait pensé au livre de Diane Meur « Les villes de la plaine » (j’ai bcp aimé). Rien à voir, mais on y voyage aussi dans le temps d’une certaine manière.
    J’aime bien l’idée « avant vs maintenant ». Dis-moi, à quoi pensait le jeune homme aux abondantes boucles brunes, sourire en coin et regard rieur, le coude appuyé sur le rebord de la barrière du balcon ?
    Biz et bonne journée !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s