Une nouvelle vague d’accouchements se profile à l’horizon, le taux de fécondité explose et aujourd’hui en France plus de deux mille bébés sont nés. Le pays vient d’atteindre un pic de fertilité jamais connu dans le passé. Les maternités n’ont plus de lits disponibles et des hôtels de passe ont été réquisitionnés ainsi que des dortoirs d’université afin de soigner les cas infectés. Face à cette crise sanitaire, le Ministère de la Santé ne ménage pas ses efforts pour ralentir la circulation de la maladie qui est devenue la priorité. Chaque individu doit s’efforcer de lutter contre l’abondance des naissances et la tristesse engendrée en évitant toute copulation non protégée.

Pour combattre ce fléau de la parturition qui menace l’équilibre écologique de la planète, un déconfinement national est instauré avec des gestes barrières très stricts. Une distanciation physique est obligatoire pour tous les couples officiels ou non. Les tenues provocantes sont proscrites. Dans le cadre privé ou public, la diffusion ou l’audition de films érotiques seront passibles de poursuites judiciaires. Suite aux décisions prises durant le Conseil de Défense, le couvre-feu est avancé et il est interdit de rentrer chez soi avant vingt-deux heures. L’heure de rentrée est retardée à minuit dans les départements où la courbe d’enfantement est la plus élevée.

La procédure de divorce est facilitée, un simple mail suffit pour se séparer officiellement de son conjoint. Le principe de la pension alimentaire est abrogé. Les crèches et les garderies sont transformées en centres de méditation. La fréquentation de sites de rencontre, soirées de célibataires, discothèques, clubs de vacances, cercles échangistes est prohibée jusqu’à nouvel ordre. Afin de contrer l’épidémie de procréations, il est désormais interdit de sortir sans préservatif sur tout le territoire. Il n’y aura pas de dérogation. Toute tentative de viol sera sanctionnée par la peine de mort.

Autres mesures gouvernementales : les allocations familiales ont été suspendues et une prime annuelle de cinq mille euros sera versée aux couples n’ayant pas de progéniture. Chaque enfant à charge sera taxé de dix mille euros annuels. La récidive verra cet impôt doublé. Le statut de parent isolé devient un délit pénal. L’ablation des organes de reproduction est conseillée dès le plus jeune âge et un vaccin de stérilité sera prochainement disponible. Une fois son efficacité prouvée il sera distribué gratuitement. Plus que jamais la solidarité est l’affaire de tous. Ne pas avoir d’enfants est un devoir citoyen.

Nowowak

11 commentaires sur « Surpopulation »

  1. Une prime à l’onanisme mensuelle?, un nouveau bonus écologique pour les branleurs qui vont seuls errants? La Veuve Poignet statufiée, déifiée, sanctuarisée?, les techniques de la branlette au programme des écoles primaires, des centres de proximité du clitoris et du pénis dans chaque quartier?
    Des programmes de fellation et cunilingus financés par l’Europe, l’Oms et Bercy? L’homosexualité enfin obligatoire?
    Les couples au Bûcher, oui! Enfin le Grand Jour!

    Aimé par 1 personne

      1. Moi ça va très bien !
        Justement on se faisait la réflexion, on résiste très bien à toute cette ambiance bizarre.
        Sûrement parce que nous sommes très indépendants et que nous avons des centres d’intérêts auxquels nous accrocher.
        Quand on s’intéresse à pas grand chose, l’attente peut vite devenir insupportable.
        J’ai un paquet de personnes autour de moi qui ne savent pas quoi faire ni de leurs dix doigts, ni de leurs journées…

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s