Un jour à marquer d’une pierre blanche

Vous ne verrez jamais Baptiste Joubert succomber à une crise d'euphorie. Ses émotions sont sagement emmaillotées dans une pudeur excessive, une timidité morbide. Un effacement progressif du désir qui aux yeux de ceux qui ne le connaissent pas le rend froid et distant, sévère et dur. Sa présence hésitante inspire le malaise. Rien ne dépasse … Lire la suite de Un jour à marquer d’une pierre blanche

Mélancovide

Quand les derniers espoirs sont restés en gare,Aussi confinés que ceux d'un soleil hagard...Qui ne voudrait pas s'envoler, sortir du rang,Quitter cette ville immobile imaginée par Cioran ?Tout est interdit, théâtres, stades et musées,Tout est fermé même les supermarchés !Les jours ressemblent à des oiseaux sans ailes,Des horizons divers sans la moindre hirondelle.Le gouvernement veut … Lire la suite de Mélancovide

N’oubliez pas le peintre !

Eh oui, confiné ou non, n'oubliez pas que je porte plusieurs casquettes. Je suis également un artiste peintre (peinture du mouvement). En manque d'expos vue la situation mais mon site vous attend.#encouragezlesartistes https://brunosanmarcomovingpainting.wordpress.com Le tableau ci-dessus est moins pâle qu'il n'y paraît je vous rassure. Non ce ne sont pas des moulins à vent dans … Lire la suite de N’oubliez pas le peintre !

« Dans les forêts de Sibérie » de Virgile Dureuil, 19/20

Au fond de la taïga, là où les humains ne font plus la guerre, où le froid garantit la paix, où les loups ne craignent rien, les forêts de Sibérie sont immuables. Elles permettent de transformer le grain du sablier en une immobile poudre d’escampette, en silence de glace, en lac immense, en poussière de … Lire la suite de « Dans les forêts de Sibérie » de Virgile Dureuil, 19/20