Si vous méritez le Prix Nobel de la solitude parce que votre chambre à coucher est une bulle que nul ne peut franchir alors ce film est fait pour vous. La peur autant que l’instinct de survie donne des ailes à celui qui ne doit son salut qu’à lui même. Sur Mars personne ne vous entend crier. Pas même les cailloux. Les tempêtes sont d’une telle violence que la durée de vie est aussi courte que celle d’un moustique sur terre. Le sable rouge brûlant n’a rien de commun avec la plage du Grau du Roi. Le bronzage intégral est déconseillé. Pas une goutte d’eau ne tombe du ciel. Les bars sont fermés. Une planète sèche comme une trique.

SEUL SUR MARS avec l'énergie de l'espoir | Accréds l'actualité des  festivals de cinéma

Le livre d’Andy Weir (premier roman) a précédé la version cinématographique d’un Ridley Scott au meilleur de sa forme : humour, sensations, paysages exceptionnels, photographie impeccable, l’œuvre est loin d’être trahie. Heureusement aucun vilain petit homme vert (à part un plant de patate) ne débarque dans ce no man’s land où seul avec ses capacités et son énorme potentiel un astronaute oublié sur la planète car laissé pour mort tente de survivre. Un hymne à la ténacité servi par un excellent comédien : Matt Damon.

Ridley scott, ses films épiques

« J’ai hâte de ne pas mourir » écrit-il quand il apprend que les secours s’organisent (à 225 millions de kilomètres de son habitat martien où il cultive des patates).

En 4 scènes, "Seul sur Mars" vu par la science - La Libre

La communication entre ce Robinson Crusoé martien et la Nasa est un tour de force d’ingéniosité et de persévérance. Nous sommes loin de l’ambiance dépressive de Solaris. L’optimiste pousse bien sous les panneaux solaires même si parfois le destin s’acharne. « Pour une fois, j’aimerais que les choses se passent comme prévu. Seulement une fois… Mars continue à essayer d’avoir ma peau ». Pas une seconde l’attention décroche et c’est à bout de souffle que l’on tente de se cramponner à son fauteuil. Film ou livre, les deux se complètent et c’est une aventure humaine incomparable qui donne envie d’enfourcher son vélo et de parcourir les rues de son village sans croiser âme qui vive !

Nowowak

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s