Teddy Pattison s’est souvent demandé si accroché à la porte du bar « Broken Smokes » où il aime venir étancher ses pulsions ivrognesses un écriteau n’interdisait pas l’entrée aux filles. Pas plus que ses camarades de travail, il ne s’est pas appesanti sur cette bizarrerie, n’ayant besoin de personne pour se rouler parterre. Au moins nous ne sommes pas dérangés par le claquement de leurs talons sur le carrelage et le bruit de leurs conversations. Sans parler de leurs minauderies et de leurs décolletés aguicheurs, se disait-il.

L'Homme qui aimait les femmes - film 1977 - AlloCiné

Il sature des faux cils, des jupes ras-la-touffe, des bouches de canard, des yeux de biche, des balcons bien fleuris. L’overdose des bimbos blondes écervelées le taraude. C’est fini le temps où il les avait sur le bout de la langue. Où les gamines aimaient jouer avec son scoubidou. Il avoue facilement que cette extrême lassitude s’explique parce qu’un matin (un samedi) il en a eu assez d’entendre murmurer sans douceur à son oreille (au risque d’insensibiliser son tympan) sur la couette et sans vêtements (ce n’est pas incompatible) d’aigres propos traitant de chirurgie faciale, de liposuccion du ventre et d’augmentation mammaire alors qu’il tendait vers d’autres aspirations.

Nowowak

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s