Se lever le matin sans avoir à l’horizon la moindre contrariété est un bon début pour être heureux. Il ne s’agit pas de remplacer ce néant des galères par un paravent pouvant disparaître à chaque moment. On ne confie pas la clef de son bonheur à la poche de son voisin. Si celui-ci s’en va vous êtes foutu. Le bonheur est dans l’autonomie et l’absence de troubles.

Deux phrases magiques à retenir.
1) « Génial ! » à la moindre joie, face à la plus petite parcelle d’émotion positive. Une promenade, un coucher de soleil, la lumière de la lune, une exposition de peinture.
2) « Pas grave » quand un obstacle se dresse et que vous continuez d’avancer en comprenant qu’il n’a rien de dramatique et qu’il existe mille choses plus désagréables dans la vie.

Le vide dans la tête pour mieux la remplir de belles choses sans toutefois l’encombrer. Les surbouqués font peur. Envahis, débordés, ils n’ont jamais une seconde pour faire ce qu’ils auraient envie de faire. « Je n’ai pas le temps » est une phrase diabolique. Leur vie est un tsunami.

6 commentaires sur « Journée nationale du vide dans sa tête »

  1. Je préfère la phrase « Je n’ai pas le temps » par « je n’ai pas pris le temps ». Elle permet de se remettre en question au regard des priorités que nous décidons de prendre dans notre quotidien.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s