Je veux que tu saches à quoi t’attendre. Qui que tu sois, lorsque tu rencontreras l’homme ou la femme de ta vie, l’explosion sera fatale. Tu seras brûlé vif. Placé au centre de la fusion, tu auras d’abord très très chaud, tu te sentiras écrasé par le poids de la pression, comme si un train de marchandises roulait sur toi. Entreront en toi la force destructrice de la passion et de la confusion. Ton cœur va se briser, ton sang ne coulera plus dans tes veines, tes os vont craquer, la terre va vaciller, puis très vite tu auras très très froid. L’ambiguïté de la température et de la morale t’enchaîneront aux morsures de mille supplices. Elles réveilleront les rêves intimes les plus enfouis au profond de toi-même. Tes mains et tes pieds vont s’engourdir. Ton souffle sera coupé. Ton estomac jouera les toupies. Perdu parmi les ombres palpitantes, tu subiras une attraction magnétique. Ton corps meurtri va alors léviter et monter en verticale avant de redescendre puis de remonter. Tu auras l’impression d’être largué dans l’espace, d’aller à la rencontre des étoiles dans un froid sibérien.

Sans aucune pudeur, un martèlement cardiaque irrépressible remplira chaque repli de ta chair, il envahira toutes les parcelles endormies, il te percutera les tympans jusqu’à les déchirer. Martyre du feu des Sans aucune pudeur, un martèlement cardiaque irrépressible remplira chaque repli de ta chair, il envahira toutes les parcelles endormies, il te percutera les tympans jusqu’à les déchirer. Martyre du feu des possibles, ta respiration va s’accélérer, tu ne pourras plus avaler ta salive. Tu seras soumis à un désir inconnu et presque morbide. Tu ressentiras peut-être un picotement chaud mais au fond de toi tu seras gelé et tu trembleras encore davantage. Là tu n’auras plus de pensée cohérente, tu te demanderas ce qui t’arrive. Tu éprouveras une sensation douloureuse au creux des reins et à la fois tu te sentiras beaucoup mieux que tu ne l’as jamais été. Dans un état second tu n’en croiras pas tes yeux. Les tremblements cesseront et alors l’instant deviendra magique. L’homme ou la femme de ta vie t’enlacera. L’homme ou la femme de ta vie te serrera dans ses bras. L’homme ou la femme de ta vie t’embrassera. Juste à ce moment ton corps va commencer à se disloquer puis à se liquéfier.

Nowowak

3 commentaires sur « « La confusion des sentiments » de Stefan Zweig »

  1. Superbe chronique aux descriptions drôlement bien imagées pour illustrer la confusion des sentiments.

    L’amour peut rendre confus, j’en suis confuse.
    Comment je m’appelle déjà ?
    Ah oui Citrouille 🎃

    Aimé par 1 personne

  2. La nouvelle de Sweig est forte et délicate en même temps. L’adaptation télévisuelle de la nouvelle avec un Michel Piccoli impeccable dans le rôle d’un professeur d’université qui tombe amoureux du jeune et beau Roland (Pierre Malet) est à la hauteur.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s