je reviens !

Pourquoi ?

Rappelez-vous fidèles lecteurs. J’avais décidé de faire une croix sur Nowowak, émanation schizophrène de mon être diaphane auréolé de diatribes persiflantes contre la société pathologiquement abrutie qui nous entoure. L’air est chargé d’une mauvaise ère et sans faire mon Voltaire il est temps de se révolter et de gueuler dans le désert. Sonnons le tocsin et toquons aux portes des saints. Je ne peux me taire et me terrer. Déterrons la hache de la révolte et fracassons la sonnette des sonnés sans sonnet. Je me dois de faire partie du combat et de dénoncer les choses graves qui se passent aujourd’hui sous nos fenêtres. Toujours à ma façon : avec un ton mordant de chiot aboyeur et une ironie ni feinte ni défunte.

Je m’étais réfugié sur mon blog consacré à la peinture et à la photographie mais avec zorreur je m’aperçois que je compte davantage de fidèles ici que là-bas. Bizarre pour ne pas dire étrange : même sans publier vous êtes bien plus nombreux à consulter mes anciennes pages (étonnant non ?) que les nouvelles sur mon blog artistique. C’est également flatteur : cela veut dire que Nowowak est ancré dans le souvenir et qu’il peut vivre sa vie tout seul. Aurais-je créé un personnage ? C’est ma maman qui va être contente. Love me stay. Aimant être lu je choisis donc le succès et je reviens vous distraire un brin pendant que nos dirigeants continuent de nous traire.

Non bien sûr je ne me présente à aucune élection. Je ne fais partie d’aucun parti. Tout tract me fait gerber. Les étiquettes je n’adhère pas. Trop libre pour être attaché. Seulement j’ai dans ma caboche pas mal de messages à faire passer bien que je continuasse d’écrire en douce pour moi et pour un éditeur lambadasse. Marre que tout augmente sauf mon sale air je ne vais pas changer de physionomie et m’adapter à cette incurie. Le gaz, l’électricité, l’essence, et pourquoi pas le jambon-beurre… faut pas charrier ! Touchez pas à nos retraites à nos chômages. Laissez nos miettes qui s’émiettent. Holà, il faut tout déconstruire et tout rebâtir. Manifester sa haine de la haine. Ne pas zemmouriser la condition humaine, ne pas lepenaliser nos libertés. Ne pas mélanchonner les torchons et les serviettes. Ne pas macroniser nos droits d’esclaves libres. Marchons, marchons, qu’un sang impur abreuve nos sillons.

Nowowak

13 commentaires sur « Baby come back ! »

  1. Welcome back home.
    Ça va, c’est pas trop le bazar ?
    Tu as reconnu tout le monde ?
    La barbe n’a pas trop poussé, tu ne ressembles pas encore au père Noël 🎅

    J’avais fait la poussière et laissé les clés derrière le tableau de l’entrée 🖼, mais la tempête l’ayant emporté, c’est la licorne qui les a récupérées 🦄 🗝

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s