Un an que je ne l’ai pas vu. Je m’en porte que mieux. Toujours à râler et claudiquer et maugréer et insulter. Depuis le confinement ce con fini a déserté. Lui qui n’était pas muet comme une tombe… il a l’air d’avoir achevé un cycle. Happy end. Je sais, je n’y vais pas de main morte mais personne ne l’aimait. Même pas sa femme qui est devenue rayonnante. On ne peut pas dire qu’elle redoutait le spectre de la séparation. Il n’est pas parti en grandes pompes, il s’est fait la malle discrétos. Il est peut-être à l’asile des grincheux ou dans un EHPAD réservé aux épaves. Je n’ai lu aucune information nécrologique dans la presse locale qui indiquerait qu’il était à l’article de la mort voire plus si affinités. Un type psychorigide, incapable de faire la moindre concession. S’il est au cimetière des allongés il va trouver à qui parler. C’était l’incarnation paroxystique et caricaturale du gros con débectant. Paix à son âne.

Nowowak

3 commentaires sur « L’éloge funèbre de mon voisin »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s